Lnml logo

La Rentrée Littéraire

Édito: Quand les murs prévalent sur les ponts

Par Nicolas Domenach - 2 mn


Article suivant

Explications: Une question de sincérité

Quand un pont s’effondre, en l’occurrence celui de Gênes, c’est aussi une part d’humanité qui se perd. On ne pouvait ressentir qu’une grande douleur devant cet enchevêtrement de béton, de ferraille et de corps ensevelis. Mais comment ne pas percevoir aussi la portée symbolique de cet affaissement au moment où l’Italie qu’on aime se recroqueville, se rétrécit, se referme sur elle-même, à l’instant où sa langue enchantée, une des plus belles du monde, celle d’Italo Calvino, d’Alberto Moravia, d’Umberto Eco, d’Alessandro Baricco, retrouve des accents de nuit qu’on voulait révolus?

Ce pont effondré à Gênes, ce n’est pas un simple accident, la conséquence d’une impéritie et d’une corruption endémique, mais la tragédie symptomatique d’une époque où, plutôt que de construire et de renforcer des ouvrages d’art qui permettent la circulation des hommes et des idées, on élève des murs pour censément se protéger des barbares, se protéger de l’autre, ressenti comme menace d’une prospérité fragi...

C'est quoi jrnal ?


Lisez

Plongez dans notre catalogue qui grossit de jour en jour. Nous avons selectionné les meilleures publications juste pour vous.

Découvrez

Découvrez des contenus incroyable. Suivez des sujets, des contributeurs, des publications et construisez votre propre feed.

Partagez

Partagez vos articles et revues préférés avec votre réseau jrnal, et donnez vie à un réseau anti fake news !